Comment choisir son hébergeur web ?

28 février 2019 0 Par Fabia

Trois paramètres entrent souvent en ligne de compte : la rapidité, la sécurité et le support. Mais il y aussi l’évolutivité de la plateforme. En effet, vous avez besoin de la capacité d’adapter rapidement votre site web à mesure que votre public cible se développe et faire preuve de la résilience nécessaire pour faire face à ces débits soudains.

Voici ce que les experts recommandent de prendre en compte pour choisir un hébergeur web :

Décidez de combien de temps vous aurez besoin. Le service client de base fournit un accès à une assistance par courrier électronique, par ticket et par téléphone. Le délai d’exécution des demandes variera toutefois. Certains fournisseurs de services offrent même une assistance téléphonique 24 heures sur 24. Le facteur limitant des services non gérés est que, même si un fournisseur peut répondre à des questions sur la configuration de base, ce ne sera pas votre administrateur de système.

Vous pouvez aussi déléguer complètement la gestion de votre site. Dans ce cas, le meilleur hébergeur web s’assurera que votre système est configuré correctement pour votre charge, gardera un œil sur les problèmes de sécurité, corrigera le logiciel au besoin et gérez les sauvegardes, entre autres tâches. Estimez le trafic que vous attendez (et soyez honnête avec vous-même). Les fournisseurs d’hébergement facturent généralement des frais en fonction du stockage et de l’utilisation de la bande passante. La bande passante est une mesure du nombre d’octets que vous servez sur une période donnée. Si vous vous attendez à ce que seulement quelques personnes visitent votre site, la bande passante sera faible. Mais si vous apparaissez soudainement au sommet de Google ou si votre produit devient viral, vous pouvez vous attendre à une augmentation des besoins en bande passante. Tant que vous êtes honnête avec vous-même, il n’y a pas beaucoup de risque. Par exemple, si vous prévoyez de ne servir que quelques pages à quelques clients locaux, vous ne rencontrerez jamais de limites. Mais si vous savez que vous construisez vraiment un site qui mettra à rude épreuve les serveurs partagés bas de gamme, veillez à choisir un serveur dédié ou basé sur le Cloud. C’est la prochaine. Comprendre les types de serveur. L’hébergement le moins cher est disponible sur des serveurs partagés, où une boîte peut gérer des centaines de sites web. Les performances de votre site dépendent de la charge de tous les autres sites. L’hébergement mutualisé limite également votre accès aux capacités du serveur, en limitant généralement le téléchargement de fichiers via FTP ou SFTP, empêchant l’accès au Shell, limitant les programmes que vous pouvez exécuter sur le service et limitant le nombre d’accès à la base de données que votre site peut exécuter. Le niveau suivant est RPV (pour réseaux privés virtuels), qui est une instance complète d’une machine virtuelle (un ordinateur simulé) s’exécutant sur une boîte. Habituellement, les fournisseurs d’hébergement exécutent plusieurs instances RPV sur un boîtier, mais les performances sont presque toujours meilleures que les services partagés au niveau de la base. Si vous utilisez un RPV, vous devez être familiarisé avec la maintenance et la gestion de base du serveur. Si vous ne souhaitez pas partager les performances avec d’autres sites, envisagez un serveur dédié, une boîte physique qui vous est louée. C’est comme si vous aviez un serveur assis derrière votre bureau, sauf qu’il se trouve dans le centre de données d’un fournisseur de services. Seuls ceux qui possèdent des compétences en gestion de système doivent postuler. Le Cloud est aussi une option intéressante. Les fournisseurs de services peuvent créer n’importe quelle configuration adaptée aux besoins de leurs clients. Le gros avantage des serveurs Cloud est que vous pouvez évoluer de manière transparente. Si vous devez être en mesure de gérer cette forte augmentation du trafic, payez simplement plus d’argent à votre fournisseur. Rien ne doit être déplacé ou reconstruit.